DEFI #6 – Essayer 4 pellicules “redoutables”

DEFI #6 – Essayer 4 pellicules “redoutables”

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  

Utiliser ces pellicules est pour moi un défi redoutable car si ça rate, c’est perdu… Mais ça faisait partie des défis que je m’étais lancé en commençant le blog (revoir la liste des défis)! Bon en même temps, il faut bien choisir ses occasions! Vous vous doutez bien que je n’ai pas essayé ça pour des photos de mariages 🙂

“Oh, désolé, vous êtes tout bleu et un peu vert”… La photo serait devenue la réalité!! 😀

1 – Les pellicules de Yodica

Yodica fabrique des pellicules pré-exposées avec des couleurs un peu funky allant du rose au bleu en passant par du vert et du jaune, n’hésitez pas à aller découvrir cette gamme chez Yodica.

De mon coté, j’ai commandé un échantillon de chaque car je voulais vraiment voir et utiliser ces effets dans mes photos. J’avoue, je ne les ai pas encore toutes essayées car je sais ce que je veux en faire mais je n’ai pas encore pris le temps de l’organiser!

La première fois que j’ai essayé la Yodica – Atlas, c’était vraiment un gros flop et je m’en suis mordu les doigts… Non, ce n’est pas la bonne pellicule pour aller photographier le fameux pavillon d’or a Kyoto. C’est pas “horrible”… mais c’est pas du tout ça que je voulais pour ce lieu incroyable!

Par contre, mon deuxième essai était pour un shoot avec une artiste de Cardiff, Olivia, et là c’était beaucoup plus fun et adapté! Totalement à refaire même s’il y a quand même eu quelques foirages car la pré-exposition ne collait pas avec la photo, mais après tout, c’est tout le jeu de ce genre de pellicules. C’est de l’imprévisible à haut niveau!!

Ensuite, j’ai aussi essayé la Yodica – Vega et ca m’a beaucoup plu aussi car les résultats sont vraiment originaux et uniques!

2 – Les pellicules de Dubblefilm

Dubblefilm fabrique aussi des pellicules pré-exposées mais en suivant un procédé un peu différent de Yodica. Du coup, le rendu n’est pas comparable et ça vaut vraiment le coup d’essayer les deux! Voici le lien pour découvrir la gamme Dubblefilm. Pour infos, ils avaient commencé avec des pellicules de 24 pauses mais ils ont eu la bonne idée de passer en 36, et ça, ça fait plaisir 🙂

Encore une fois, je n’ai pas essayé pendant un mariage mais pour un shooting portfolio avec Leah qui a eu le plaisir de passer quelques heures en maillot de bain sur une plage anglaise… 10°C … Que du bonheur 🙂 Sans les effets de cette pellicule elle était toute bleue comme vous pouvez le voir sur mon Instagram!

Je réutiliserai ces pellicules avec grand plaisir, surtout maintenant qu’elles sont dispos en 36 pauses. En plus, je n’ai pas eu trop de foirage, les effets tombaient toujours clean!

3 – Les pellicules expirées

Expliqué par Karadoc et Perceval, ça donnerait un truc du genre: “Bon, sur une échelle de 1 à 10: De 1 à 3, c’est un peu expiré. De 4 à 6, on a aucune idée des conditions de stockage et de 7 à 10 c’est super expiré.”

Du coup, shooter avec une pellicule de Portra 160VC expirée en 2003, on est environ à 12 en termes de risque car aucune idée du stockage! Si ça se trouve, cette pellicule a passé 5 ans à côté d’une machine à rayon-X ou 2 ans bien au chaud dans le coffre d’une voiture en Guadeloupe. Mais y a pire!

Bon, apparemment, les conditions de stockage n’étaient pas si mal! J’ai shooté cette pellicule à ISO 50 pour compenser son grand âge… En général, il est recommandé de surexposer d’un stop pour 10 ans. Et franchement, j’aime beaucoup le résultat!! Les couleurs sont toujours là!

Merci Bella pour avoir joué le jeu!

4 – LA pellicule cassée

Là, j’avoue je commence à cumuler car en plus, cette pellicule était aussi expirée.

LA pellicule cassée – Fuji Superia 400

Mais bon, je me suis dit vas-y, fait-le, c’est pour tes lecteurs! Ils veulent savoir! Alors je l’ai fait… Merci beaucoup pour m’avoir poussé à essayer cette pellicule incroyable qui aurait pu être un vrai flop! 🙂

En fait, vu comment était cassé le support, la pellicule était exposée par la tranche. Et suivant la quantité de lumière reçue, les photos auraient pu être totalement blanches/surexposées, mais non! Encore une fois, j’ai vraiment été content du résultat vraiment unique grâce à ces fuites de lumière sur le côté! Et en plus les couleurs étaient encore une fois au rendez-vous même sur ce vieux Fuji Superia 400 de 2004 exposé comme du 100 ISO!

Merci Alice pour avoir joué le jeu!

Next Level…

En termes d’expérimentation, ces essais ne sont pas “le top niveau”. La photographie argentique est un peu comme un terrain de jeu inépuisable… Certains font tremper leur films dans des bains de toutes sortes pour obtenir des effets encore plus aléatoires ou complètement délirants.

Enfin, il y a les films super expirés, genre plus de 50 ans, même les produits chimiques pour les développer n’existent plus. Le fameux Kodachrome de Kodak est un film qui manque, ceux qui ont encore la chance d’en avoir essaient toujours de trouver le moyen de le développer se rapprochant le plus possible du procédé original mais c’est toujours de l’expérimental!

Merci pour votre lecture et j’espère que cela vous a donné envie d’essayer deux ou trois trucs!

N’hésitez pas à me poser vos questions ou à laisser un petit commentaire ci-dessous.


Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.